Miss Bollinger

19 août 2012

Mais qui es-tu Mauricette ?

Le visiteur égaré ici, pourrait être amené à avoir une réflexion assez commune.
Une réflexion certes peu profonde et qui en quelque sorte se résumerait à ceci :

"Tiens, un autre blog dans l'immensité de l'océan tumultueux du web... 
Pfff... Encore un truc de cul. Y a des photos perso ? Bah, même pas...
Bah, c'est nul. C'est quoi cette nana qui se fait appeler Miss Bollinger ?
Bollinger, Bollinger... C'est pas une marque de champagne ? 
Je parie que c'est encore une de ces nunuches qui s'ennuie, qui tente désespérément de donner un peu du pétillant à sa vie monotone..."

Et le visiteur malheureux pourrait en conclusion, tout drapé d'un ennui soudain, cliquer d'un doigt non-chalant sur le bouton "next".

Et ce visiteur n'aurait ainsi pas totalement tort, le bougre...

Car après tout, qui est cette petite Bolly ?
Serait-ce encore une gonzesse nombriliste se lançant dans l'aventure de l'expression sur internet ?
Ben oui, il ne faut pas se leurrer : tenir un blog c'est un peu présomptueux...

Alors, moi, Miss Bolly, je réponds : "ouais, c'est pas faux."
Non, je le reconnais, j'ouvre ce lieu avant tout pour moi.
Histoire de me faire du bien.
Si j'ai choisi le nom d'une marque de champagne, ce n'est pas parce que je suis une poivrotte en mal de bulles.
Je ne suis pas non plus une fashionista qui s'enorgueuillerait de ne s'entourer que de luxe.
Une de ces pauvres femelles affublée de lunettes Gucci, de rouge à lèvres Chanel, de hauts talons Louboutin.
- Mais alors, qui es-tu Mauricette ?-
(Le lecteur qui serait arrivé à lire jusqu'ici doit être récompensé de son courage : Oui, parfois, je m'appelle moi-même "Mauricette". Demandez pas pourquoi, c'est juste un tic de langage. Enfin plutôt, un tic de pensée.
Un exemple : "Mauricette, tu vas bèqueter quoi ce midi ?" 
Et me voilà entrain de sortir mon plat de coquillettes cuites la veille.)

Non, j'ai choisi ce pseudo parce que je me rengorge comme une poule piaffant de fierté.
Je suis de celles qui se croit pétillante, prête à exploser joyeusement, une bombinette qui pétouille pour donner de la joie festive.
Bien évidemment, si la vie était simple, ce serait toujours le cas...
Car le problème avec le Champ', c'est que quand il n'est pas frais, c'est carrément dégueulasse...
Donc voilà ce que je suis : une femme à double face.
Une dindasse qui peut donner le meilleur quand elle est emportée dans un tourbillon enivrant.
Une grognasse qui donne envie de vomir quand on l'abandonne dans un coin, martyrisée par la tiédeur ambiante.

Alors voilà cher lecteur.
(Je dirais plutôt, cher baroudeur de l'extrem-Internet-World)
Si vous revenez ici, vous aurez droit à Miss Bolly.
Version pétillante.
Et parfois... Version larmoyante.
Parce que la vie de Miss Bollinger, c'est un peu les montagnes russes.
D'un côté un mari aimant à qui elle n'a presque rien à reprocher.
De l'autre, un amant ex-amant à qui elle a tout à reprocher.

Alors, Cheers les gens !!!!!!

Posté par Miss Bolly à 18:55 - Commentaires [45] - Permalien [#]